Contexte professionnel/mondial

 

Les pilotes qui commencent le karting se doivent de comprendre que ce sport se pratique au niveau mondial comme bien d’autres. Au-delà des aspects financiers et techniques, il y a une bonne dose de leur réussite qui est dût aux aspects psychologiques et physiques.

Ils doivent s’entraîner régulièrement et s’adapter à un style de vie loin de la maison. Bien qu’il ne soit pas impossible de le faire en même temps, souvent les pilotes de niveau mondial on de la difficulté à combiner sport/études ou sport/travail vu leur calendrier chargé.

De plus, il faut comprendre que bien peu de pilotes dans le monde font du karting leur métier puisqu’il existe très peu de bourses aux gagnants. Cela a pour but de garder le sport sain et assurable. Cependant, certains pilotes finissent tout de même par gagner leur vie autour du monde du karting après leur carrière sportive en travaillant dans des domaines connexes : équipes de courses, organisation d’évènements, coach etc.

Pour vivre sa vie avec seulement le pilotage, il faut gravir les échelons de la course automobile et passer du karting aux niveaux supérieurs : formules, prototypes, Touring, Nascar etc. Un peu comme notre ami Max Verstappen (à la page précédente), pilote de Formule 1 et ancien champion de karting : il faut également les moyens!

Pour ce faire, il n’existe pas de recette miracle, mais il faut évidemment trouver des partenaires financiers et entreprendre des processus de recherche de commanditaires.